Pharmacie Abenhaim Giannone Renault

Surveillance des arboviroses en Occitanie. Point épidémiologique au 15 septembre 2017.

Posté le 18 septembre 2017

Points clés

En Occitanie, depuis le 1er mai 2017, 70 cas suspects signalés dans les 10 départements sous surveillance renforcée :
- aucun cas autochtone n’a été confirmé
- 21 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de dengue, 3 de Zika, 1 flavivirus et 0 de chikungunya ont été confirmés

Au niveau national, du 1er mai au 15 septembre 2017 :
- Depuis le 11 août 2017, un foyer de transmission autochtone du chikungunya a été mis en évidence dans un quartier de la commune du Cannet-des-Maures (département du Var). Au 15/09/2017, 7 cas confirmés et 2 cas probables ont été identifiés.
- 106 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de dengue, 9 cas de Zika, 4 flavivirus et 4 cas de chikungunya ont été confirmés

Lire l'article

Situation épidémiologique de la grippe en Guyane. Point au 15 septembre 2017.

Posté le 18 septembre 2017

Analyse de la situation épidémiologique

L’activité liée aux syndromes grippaux est restée faible et stable sur l’ensemble du territoire de fin mai à début septembre.
Sur cette période, les virus grippaux B et A/H3N2 ainsi que du VRS ont été identifiés parmi les prélèvements analysés par le CNR des virus Influenzae de l’Institut Pasteur de la Guyane et par laboratoire de virologie du CHAR.
Par ailleurs, un seul cas grave a été admis en service de réanimation : ce cas âgé de moins de 40 ans, contaminé par le virus grippal B, lignage Yamagata, est décédé.

Lire l'article

Situation épidémiologique du zika en Guyane. Point au 15 septembre 2017.

Posté le 18 septembre 2017

Analyse de la situation épidémiologique

En Guyane, au cours des trois derniers mois, le nombre de cas cliniquement évocateurs de Zika était faible.
Par ailleurs, aucun cas de Zika n’a été biologiquement confirmé sur cette période sur le territoire.
Enfin, plus aucun foyer n’est ni identifié ni actif depuis plusieurs mois.
Compte-tenu de la période actuelle à risque, il convient de demander une confirmation biologique devant tout cas cliniquement évocateur d’arbovirose.
La situation épidémiologie actuelle correspond à la Phase 1 du Psage* « cas sporadiques » sur l’ensemble du territoire. Celle-ci a été présentée au Comité d’experts le 7 avril 2017 qui va proposer le passage en niveau 1 du Psage « cas sporadiques » au Comité de gestion.

* Programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies

Lire l'article

Surveillance de l'asthme en Occitanie. Point épidémiologique au 12 septembre 2017.

Posté le 18 septembre 2017

Points de situation

D’après les données disponibles au 12/09/17 provenant des 65 services d’urgences de la région, 103 passages aux urgences pour asthme concernant des enfants de moins de 15 ans ont été relevés en région Occitanie en semaine 2017-36 (entre le 4 et le 10 septembre ; Figure 1). L’augmentation constatée par rapport à la semaine précédente (2017-35) est de +43% et correspond à ce qui était observée les années précédentes. Ces passages pour asthme représentent moins de 2% de l’activité totale pour cette classe d’âge (Figure 2). Près d’un tiers des enfants ont été hospitalisés après leur passage aux urgences (30,1%).
La tendance observée est similaire à celle observée au niveau national (Figures 3 et 4).
Les 4 association SOS Médecins ont réalisé 21 actes médicaux concernant de l’asthme chez des enfants de moins de 15 ans pour cette même semaine (consultations en centre dédié ou à domicile).

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 14 septembre 2017.

Posté le 18 septembre 2017

A la Une - « Zéro alcool pendant la grossesse » : un message toujours d’actualité

La journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’alcoolisation foetale (SAF) s’est tenue le 9 septembre dernier. À cette occasion, Santé publique France a présenté les résultats 2017 de l’enquête téléphonique, réalisée du 19 au 20 mai 2017 auprès de 1 004 personnes (échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans ou plus), visant à décrire les connaissances et perceptions des risques de la consommation d’alcool pendant la grossesse. En 2017, l’évolution des connaissances est favorable avec le message « zéro alcool pendant la grossesse » :
- 44 % des Français vs 25 % en 2015 déclarent spontanément qu’il n’existe pas de consommation d’alcool sans risque pour l’enfant ;
- 64 % vs 53 % en 2015 savent qu’un verre de vin ou de bière est tout aussi dangereux qu’un verre d’alcool fort ;
- 33 % vs 20 % en 2015 savent que l’alcool comporte des risques tout au long de la grossesse.
Par ailleurs, certaines fausses croyances sont en net recul depuis la précédente étude en 2015 : 21 % vs 27 % en 2015, pensent qu’il est conseillé de boire un petit verre de vin de temps en temps pendant la grossesse.
Une évolution des représentations sociales liées à la consommation d’alcool pendant la grossesse est également observée : 75 % se disent choqués par ce comportement alors qu’ils n’étaient que 69 % en 2015. Les effets néfastes de l’alcool sur la santé de l’enfant, tels que les retards de croissance, les anomalies physiques ou encore les troubles de la mémoire, sont également mieux connus.
Malgré une prise de conscience encourageante, une partie de la population minimise encore la dangerosité d’une consommation faible ou ponctuelle d’alcool pour les femmes enceintes.
C’est pourquoi, Santé publique France déploie durant tout le mois de septembre, une campagne nationale d’information dans la presse et sur le web, à la fois auprès du grand public et des professionnels de santé. Elle s’appuie sur un message clé « vous buvez un peu, il boit beaucoup » pour promouvoir le principe de précaution : « zéro alcool pendant la grossesse ».

Lire l'article

Surveillance sanitaire en région Nouvelle-Aquitaine. Point épidémiologique au 14 septembre 2017.

Posté le 14 septembre 2017

Points clés

Mortalité : la mortalité sur la semaine 35 (du 28 aout au 3 septembre 2017) est proche de celle attendue sur cette période, dans toutes les classes d’âges. Tendance identique au niveau national.

Passages aux urgences des populations sensibles : l’activité aux urgences chez les personnes âgées de 75 et plus et chez les moins de 1 an est en dessous de l’attendu.

Virologie : le nombre de prélèvements positifs pour virus respiratoires des laboratoires des CHU de Bordeaux, Poitiers et Limoges est en baisse en semaine 36 (14 prélèvements positifs). Aux CHU de Poitiers et Bordeaux, la majorité était du Rhino/Enterovirus (respectivement 5 et 4 prélèvements). Aucun prélèvement n’était positif au CHU de Limoges.

Maladies à déclaration obligatoire (MDO) : 10 cas d’hépatite A diagnostiqués en semaine 35 et 5 cas diagnostiqués en semaine 36 (données provisoires). Cas sporadiques de rougeole depuis la semaine 35 dans le département de la Gironde.

Chikungunya, Dengue et Zika – Surveillance renforcée en Nouvelle-Aquitaine : depuis le 1er mai, début de la surveillance renforcée dans les départements de la région colonisés par Aedes albopictus (dept. 24, 33, 40, 47, et 64), 56 cas suspects ont été signalés. Au total, 7 cas de dengue et 3 cas de zika importés ont été confirmés.

Asthme : Activité en forte augmentation chez les moins de 15 ans en lien avec la rentrée scolaire comme observé chaque année. L’activité pour asthme totalise respectivement 2,9 % (60 consultations vs 29 en semaine 35) et 3,2 % (141 passages vs 75 en semaine 35) de l’activité totale de SOS Médecins et du réseau Oscour® chez les moins de 15 ans.

Lire l'article

Surveillance de la grippe à la Réunion. Point épidémiologique au 14 septembre 2017.

Posté le 14 septembre 2017

Situation épidémiologique

La recrudescence saisonnière de la grippe a débuté de manière tardive cette année (mi août) comparativement à 2016 où elle avait été particulièrement précoce (mi-avril).
Depuis 2 semaines, les consultations pour ce motif augmente aussi bien chez les médecins du réseau sentinelles qu’aux urgences des 4 hôpitaux de l’île. Seize cas graves nécessitant des soins en réanimation ont été rapportés, dont 4 sont décédés.
Le nombre de prélèvements positifs pour grippe augmente également avec une circulation majoritaire de virus de type B et A nonH1N1 principalement identifiés.
Ces données sont en faveur du démarrage de l’épidémie saisonnière de grippe à La Réunion.

Lire l'article

Surveillance sanitaire en Bretagne. Point épidémiologique au 13 septembre 2017.

Posté le 14 septembre 2017

Points clés

Maladies à déclaration obligatoire

  • Épidémie de rougeole en France. Actualisation des données de surveillance au 3 août 2017.
  • Hépatite A en France et en Europe. Point de situation au 27 juillet 2017.
  • Hépatite A en Bretagne : 40 cas en 2017 dont 11 en août (37 cas sur l’ensemble de l’année 2016).

Méningites à Entérovirus

Baisse de la fréquentation des services d’urgences hospitalières pour méningite à entérovirus.
Faible circulation virale des Entérovirus identifiés sur les prélèvements méningés analysés au Laboratoire de Virologie du CHRU de Brest.

Sauf événement exceptionnel, le prochain point épidémiologique sera diffusé le 27 septembre 2017.

Lire l'article

Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 12 septembre 2017.

Posté le 14 septembre 2017

Au cours de la semaine dernière dans la région :

Augmentation brutale la semaine dernière des consultations pour crise d’asthme chez les enfants comme observée tous les ans après la rentrée scolaire. Ce phénomène est liée à un début de circulation de rhinovirus et devrait s’accentuer dans les semaines à venir. Les consultations pour rhinopharyngite chez les jeunes enfants devraient suivre rapidement la même tendance.

Lire l'article

Surveillance des arboviroses en Occitanie. Point épidémiologique au 8 septembre 2017.

Posté le 12 septembre 2017

Points clés

En Occitanie, depuis le 1er mai 2017, 66 cas suspects signalés dans les 10 départements sous surveillance renforcée :
- aucun cas autochtone n’a été confirmé
- 19 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de dengue, 3 de Zika, 1 flavivirus et 0 de chikungunya ont été confirmés

Au niveau national, du 1er mai au 8 septembre 2017 :
- Depuis le 11 août 2017, un foyer de transmission autochtone du chikungunya a été mis en évidence dans un quartier de la commune du Cannet-des-Maures (Var). Au 07/09/2017, 6 cas confirmés et 2 cas probables ont été identifiés.
- 98 cas importés (=de retour de zone de circulation virale) de dengue, 9 cas de Zika, 4 flavivirus et 3 cas de chikungunya ont été confirmés

Lire l'article

Surveillance des gastro-entérites à la Réunion. Point épidémiologique au 31 août 2017.

Posté le 11 septembre 2017

Situation épidémiologique

Chaque année, une recrudescence de gastro-entérites est observée à Mayotte entre les mois de juin et de septembre. Dans ce contexte, plusieurs indicateurs sont recueillis et analysés en routine :

  • le nombre de consultations pour diarrhées aiguës rapportées par les médecins du réseau sentinelle de Mayotte ;
  • le nombre de passages pour gastro-entérite enregistrés au niveau du service d’urgences du Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) ;

Depuis le début du mois de juillet, une augmentation globale de ces indicateurs est observée sur l’île. Au cours de ces deux dernières semaines, l’activité pour gastro-entérite rapportée par les médecins sentinelles et les structures d’urgences reste toujours élevée : l’épidémie se poursuit sur Mayotte.

Lire l'article

Surveillance sanitaire des intoxications par le monoxyde de carbone en Normandie en 2016.

Posté le 11 septembre 2017

Points clés

En 2016,

  • 39 épisodes d’intoxication au CO ont été signalés à l’ARS Normandie
  • 103 personnes ont été intoxiquées

Ces nombres étaient en augmentation par rapport aux années précédentes (comme au niveau national)

  • plus des deux tiers des intoxications sont survenus de manière accidentelle dans l’habitat ;
  • la principale source d’intoxication déclarée était une chaudière raccordée au gaz de ville (même observation faite au niveau national) ;
  • les facteurs favorisant l’intoxication étaient majoritairement les mêmes que ceux déclarés au niveau national : un défaut d’aération du local ou un défaut d’évacuation des fumées.

Lire l'article

Bilan de la vague de chaleur du 31 juillet au 8 août 2017 en région Corse.

Posté le 11 septembre 2017

Points clés

Une troisième vague de chaleur a touché la France après les épisodes de fin juin et début juillet déclenchant les niveaux de vigilance jaune et orange mentionnés dans le Plan national canicule (PNC). Elle a concerné les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) du 31 juillet au 8 août 2017. Cette vague de chaleur a touché la Corse du 31 juillet au 8 août, avec :

  • un épisode caniculaire (vigilance orange) qui a concerné l’ensemble des départements de la région ;
  • un nombre observé de décès resté conforme à celui attendu pour la population générale toutes causes confondues, quelque soit la classe d’âges ;
  • un faible impact observé sur la morbidité au travers du recours aux soins d’urgence liés à la chaleur (30 passages aux urgences et 10 consultations SOS Médecins pour des pathologies en lien avec la chaleur, touchant toutes les classes d’âge, ont été enregistrés pendant la vague de chaleur). Le nombre de diagnostics en lien avec la chaleur est connu pour augmenter proportionnellement à la température et impacter faiblement l’offre globale de soins (de l’ordre de quelques %).

Les impacts sur la santé constatés lors des épisodes de fortes chaleurs rappellent l’importance de renforcer la prévention.

Lire l'article

Bilan de la vague de chaleur du 31 juillet au 8 août 2017 en région Paca.

Posté le 11 septembre 2017

Points clés

Une troisième vague de chaleur a touché la France après les épisodes de fin juin et début juillet déclenchant les niveaux de vigilance jaune et orange mentionnés dans le Plan national canicule (PNC). Elle a concerné les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) du 31 juillet au 8 août 2017. Cette vague de chaleur a touché la région Paca du 31 juillet au 6 août, avec :

  • un épisode caniculaire (vigilance orange) qui a concerné l’ensemble des départements de la région ;
  • un nombre observé de décès resté conforme à celui attendu pour la population générale toutes causes confondues, quelque soit la classe d’âges ;
  • un impact observé sur la morbidité au travers d’une augmentation du recours aux soins d’urgence liés à la chaleur, Ainsi, 306 passages aux urgences et 64 consultations SOS Médecins pour des pathologies en lien avec la chaleur, touchant toutes les classes d’âge, ont été enregistrés pendant la vague de chaleur. Le nombre de diagnostics en lien avec la chaleur est connu pour augmenter proportionnellement à la température et impacter faiblement l’offre globale de soins (de l’ordre de quelques %).

Les impacts sur la santé constatés lors des épisodes de fortes chaleurs rappellent l’importance de renforcer la prévention.

Lire l'article